le Manioc

Le Manioc est une racine « ÉNORME »…..

(qu’il ne faut pas confondre avec la patate douce qui, elle, est une tubercule)

dscn0074

….qui se déguste de diverses façons…..

1° Soit quand il est encore frais, il faut alors lui enlever le « cuir »(écorce) qui l’enveloppe,

comme une pomme de terre cuit à l’eau, que vous mangez sucré, éventuellement agrémenté de confiture comme sœur DORETTE;

dscn0069

soit rappé, (au « magimix », attention!!! que nous étions arrivés à faire sortir de son placard pour l’occasion!!!!),

en un magnifique gâteau dont voici la recette de sœur LORETTE.

Après une nuit au frigidaire ce manioc rappé est pressé dans un torchon pour en extraire le jus pas très digeste, mais qui une fois décanté donne de la fécule :le fameux TAPIOCA!!!

Puisque le tapioca semble rappeler de bons souvenirs à certains, voici la belle poudre blanche de tapioca que l’on obtient après avoir écumé et laisser évaporer l’eau de cette bassine.

DSCN0436.JPG

Pendant ce temps vous faites frémir un peu de lait, du sucre et 2 gousses de vanille que vous mélangez au manioc rappé et asséché et que vous avez préalablement sucré.

 

Vous placez alors ce mélange dans des plats à tarte et vous laissez cuire au bain-marie, une heure après les premiers frémissements de l’eau.

c’est délicieux, (on peut aussi y rajouter de la noix de coco rappée, mais hélas il n’en pousse pas (encore) ici, car Norbert le guide de Dominique et Marie-Ange en a promis 10 pieds aux sœurs qui sont en route depuis TAMATAVE, pour un gâteau à la texture du congolais.

dscn0080

Sœur LORETTE avait préparé ces gâteaux pour le « 10 heures » du personnel qui avait passé la matinée à trimer dur……… (pourquoi un gâteau aujourd’hui et pas tous les jours alors????) pour nettoyer le terrain du centre en vue du futur mariage de 180 couverts qui s’y tiendra mi mars. Eh bien, je peux vous dire qu’entre le gâteau rappé et le manioc cuit à l’eau, il n’y a pas eu photo!!!!!

dscn0098

2° Soit vous le laissez sécher pour le déguster ultérieurement. il ne faut pas l’écorcer alors, mais juste gratter avec un bâton affûte les restes de terre superficielle.Il sèche au soleil, et une fois sec se conserve longtemps : les malgaches sont alors contents de le trouver lors de la période de soudure (entre le fin du stock de riz et le nouvelle récolte). Il se déguste alors cuit à l’eau ou en farine en galette ou pour les animaux. Il est alors libéré de ses fécules et se trouve plus digeste.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s